Yayoi Kusama

Yayoi Kusama (née en 1929) est une prêtresse de l’art hypnotique, connue dans le monde entier pour ses impressionnantes installations immersives. Elle était aussi une figure emblématique de l’ère hippie. Atteinte de trouble obsessionnel-compulsif, elle refuse le point à l’infini et envahit complètement l’espace. L’artiste excentrique a également marqué les années 1960 avec des performances liées à la nudité et à la liberté de jouir du corps. Elle vit dans un hôpital psychiatrique au Japon depuis 1973 et continue de créer des œuvres abstraites marquées par l’accumulation.

Née dans le Japon traditionnel dans les années 1920, Yayoi Kusama a développé très tôt un intérêt pour l’art et la peinture. Sa famille a fait les frais de la Seconde Guerre mondiale et Kusama a été mobilisée pour la guerre : elle a fabriqué des parachutes et des uniformes militaires dans une usine.

Marquée par l’image d’un père très autoritaire, la jeune fille tombe dans un délire obsessionnel et souffre d’hallucinations visuelles. Elle a étudié l’art malgré les objections de ses parents et a commencé à exposer son travail, même si peu de femmes ont été promues au rang d’artiste dans le Japon conservateur. Elle utilise le principe d’accumulation comme principal moteur de son travail, et les pois sont son thème de prédilection.

Avec le soutien de l’artiste américaine Georgia O’Keefe, Kusama arrive aux États-Unis en 1957. Grâce à son nouveau cercle, notamment Donald Judd, elle expose et conçoit des installations au début des années 1960. Elle crée des pénis dégoûtants et des formes douces réalisées à l’aide de ses draps ou de vieilles chaussettes. Son travail est psychédélique à souhait.

Depuis 1966, Yayoi Kusama, devenue populaire aux États-Unis, organise des performances et des événements dans des lieux emblématiques de New York : le Museum of Modern Art, la Bourse ou la Statue de la Liberté. Ces actes sont souvent source de scandale du fait de la nudité des participants. Ainsi, Yayoi Kusama est régulièrement accompagnée de son avocat. La nudité est politique : des artistes pour la liberté sexuelle, le droit des femmes à disposer de leur corps, la libération spirituelle…

Dans ses performances, Kusama se met rarement en scène, mais utilise le corps des autres. Il s’inspire notamment de l’art de la danse d’avant-garde japonaise « butō », créé peu après la Seconde Guerre mondiale, explorant lentement la spécificité du corps. Toujours intéressée par la mode et le design, elle crée également des vêtements à pois avec une esthétique inspirée des vêtements traditionnels japonais.

Après une période de médiatisation, l’artiste connaît un ralentissement de carrière dans les années 1970. De retour au Japon, elle vit dans un hôpital psychiatrique depuis 1977 (et à sa demande), travaillant uniquement dans son atelier.

Dans les années 1980, l’artiste revient sur le devant de la scène en tant que figure majeure de l’avant-garde. En 1993, elle est invitée à représenter le Japon à la Biennale de Venise. Son travail a depuis fait l’objet de grandes rétrospectives à travers le monde, attirant de nombreux visiteurs, notamment par ses environnements « infinis », envahis de pois, de LED, de ballons ou de motifs psychédéliques. Depuis 2017, la ville de Tokyo lui consacre un musée.

Cette œuvre démontre le principe d’accumulation que Kusama avait choisi dans les années 1960, en accumulant des formes souvent douces, l’artiste s’efforce de contrôler son anxiété et présente son travail comme une thérapie. Selon elle, c’était une façon de renouer avec la nature : « Pleine de solitude, incapable de dormir, je me suis recroquevillée dans un parterre de fleurs pour la nuit car les fleurs étaient douces et aimantes. J’étais alors comme un insecte la nuit. à sa fleur; les pétales s’accrochent à moi comme le ventre d’une mère protège l’enfant à naître ».

Le pape Andy Warhol a été impressionné par son installation de 1963 Aggregation: A Thousand Ships à la Stein Gallery. Il se compose d’un vaisseau monochromatique entièrement recouvert en forme de phallus et semble avoir colonisé l’objet, laissant une étrange impression d’invasion. La forme phallique, qui symbolise la masculinité et la fertilité, englobe une dimension sacrée dans la culture japonaise (pour Yayoi Kusama, le phallus est plutôt un appel au dieu Jizo).

Ici Yayoi Kusama revisite l’un des dispositifs associés à la pornographie et à la pornographie. C’est un espace hexagonal avec toutes ses surfaces de miroir reflétant constamment l’installation lumineuse pour mettre en boucle le son de la chanson des Beatles « Help ». Le public ne peut que passer le visage, placé dans la position du voyeur ou du client. Cette œuvre préfigurait l’Infinity Mirror Room, une pièce entièrement recouverte de miroirs au motif infini qui fait aujourd’hui sa renommée mondiale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.