Edward Hopper

Edward Hopper, né le 22 juillet 1882 à Nyack, New York, mort le 15 mai 1967 à Greenwich Village (New York), peintre et sculpteur américain.

Il a pratiqué son art principalement à New York, où il avait son propre studio, et était considéré comme l’un des représentants du réalisme américain pour ses représentations de la vie quotidienne de la classe moyenne. Au début de sa carrière, il a représenté la scène parisienne, puis s’est plongé dans le paysage américain en témoin attentif des mutations de la société américaine. Il a créé de nombreuses peintures à l’huile sur toile, ainsi que des affiches, des estampes et des aquarelles.

Une grande partie du travail de Hopper exprime la nostalgie du passé américain à travers le contraste et le conflit entre la nature et le monde moderne. Dans « Atmosphère Métaphysique », dans un monde alternatif où les relations humaines s’effacent, ses personnages sont souvent solitaires et mélancoliques.

Il voyage en Europe, s’immergeant dans diverses techniques et mouvements populaires, comme l’impressionnisme français. Il tombe amoureux du pays et s’installe un temps à Paris. C’est là que Hopper réalise ses premières toiles, inspirées du paysage urbain de la capitale. En 1908, il retourne à New York et est engagé comme illustrateur pour des campagnes publicitaires. Fatigué de travailler vite, il montrait les peintures qu’il réalisait pendant son temps libre. Vers 1915, Martin Lewis l’initie à la gravure et peint des scènes de la vie américaine. En 1920, il a eu sa première exposition au Whitney Studio Club, qui a été un énorme succès. Il épouse Joséphine Verstille Nivison en 1924.

Edward Hopper était l’une des figures de proue du mouvement réaliste américain et ses peintures incluent House by the Railroad (1925) et Nighthawks (1942). Son style unique, composé de formes simples et de couleurs assez sombres, incarne le contraste de la lumière et de l’ombre. Hopper a réussi à diversifier son approche de la réalité, des paysages tantôt urbains, tantôt ruraux. Les personnages qu’il incarne donnent souvent une impression de solitude et d’exclusion. La plupart de ses peintures à l’huile sur toile reflètent un pays en pleine mutation économique et sociale. En 1945, Edward Hopper entre à l’Académie américaine des arts et des lettres. Il a reçu plusieurs prix et distinctions, dont un doctorat en beaux-arts de l’Art Institute of Chicago en 1955. Il meurt en 1967 à l’âge de 84 ans.

Le Nighthawk, achevé en 1942, est une huile sur toile de 84,1 x 152,4 cm. Elle représente quatre personnes dans un diner (restaurant américain typique) au crépuscule. De grandes fenêtres dans le restaurant donnent sur une rue vide du centre-ville, permettant aux téléspectateurs de voir l’image dans son ensemble. À l’exception d’une porte intérieure, les personnages semblent prisonniers du cadre, comme s’ils ne pouvaient plus quitter l’enceinte de la salle à manger. Il est également difficile de percevoir l’une de leurs émotions. L’un des clients tournait le dos au public, tandis que le couple inclinait légèrement la tête, pensif. L’épouse d’Edward Hopper, Josephine, aurait modelé pour le client. L’employé du restaurant, qui semblait être le plus expressif, a parlé au couple tout en continuant à travailler. La seule source de lumière provient de l’intérieur du restaurant, offrant un contraste d’ombre et de lumière. Enfin, on distingue plusieurs caractéristiques d’un restaurant américain sur le comptoir : la salière et la poivrière, le distributeur de serviettes et les deux filtres en arrière-plan. Le titre donné aux Nighthawks par Edward Hopper peut être traduit en français par « Noctambules » ou « Les rôdeurs de la nuit ». Ce type de peinture au réalisme américain a inspiré de nombreux artistes, tant au cinéma qu’au roman. Ce décor a également été adapté en diverses oeuvres de fiction : séries, jeux vidéo… La toile est aujourd’hui exposée à l’Art Institute of Chicago.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.